Interview d'Elyamine Settoul

La laïcité sous l’uniforme : les soldats français à armes égales face aux religions

17 mars 2021

Depuis vingt ans et le passage à une armée professionnelle, l’afflux d’engagés de confession musulmane a changé la composition sociologique de l’institution. Qui a dû et qui a su s’adapter, avec l’objectif de concilier liberté de croyance et impératif de cohésion, vital sur les zones de combats.

Pour le sociologue Elyamine Settoul maître de conférences au Cnam, « si la laïcité militaire est plus ouverte que dans le reste de la société, c’est parce que le rapport au transcendant y est plus apaisé. Un militaire croit forcément en quelque chose, en Dieu, en la République ou en la nation ». Il rappelle cependant qu’il subsiste des « zones de tension » et souligne encore le « catholico-centrisme » de l’institution, qui se retrouve dans les écoles d’officiers, telles que Saint-Cyr Coëtquidan : « Il y existe une culture catholique, voire catholique traditionaliste, qui s’impose aux musulmans, protestants ou israélites qui intègrent ces écoles, marquée par une très forte reproduction sociale. »

logo renvoiL'interview est à retrouver en intégralité sur le site de Télérama.