ALAIN BAUER

"Il y a encore des mini-services secrets clandestins, qu'on découvrira par hasard"

7 octobre 2021

Sous-marins australiens, sièges d'Air France sonorisés, légendes, accidents troublants... Pour la sortie de son dernier livre, Alain Bauer raconte les espions à sa façon.

À 59 ans, il en a écrit des livres, plus d'une cinquantaine selon son site personnel. Des essais, courts et longs, des ouvrages d'analyse, des dictionnaires amoureux... Mais des encyclopédies illustrées, ce n'était encore jamais arrivé. Enfin, jusqu'à cette Encyclopédie des espionnes et des espions qu'Alain Bauer publie, ce jeudi 7 octobre aux éditions Gründ. 288 pages de textes et de photos sur un de ses sujets de prédilection, ce monde des espions que le professeur au Conservatoire des arts et métiers (Cnam) - enseignant en criminologie et responsable de nombreux diplômes, dont celui de renseignement économique - connaît si bien. On y croise les pionniers du métier - Bauer fait remonter l'origine de l'espionnage à Moïse ! -, d'authentiques héros, des agents inattendus, comme Joséphine Baker, des transfuges célèbres, telle la vénéneuse Anna Chapman, le Mossad, le KGB, la CIA... Et même quelques figures de la fiction, comme OSS117 ou Malotru, que Bauer croque de quelques mots bien sentis. L'ancien conseiller officiel de Michel Rocard - et conseiller officieux de Nicolas Sarkozy - maîtrise comme personne l'art du dedans et du dehors, du public et du secret. Dans sa bibliothèque, où il a accueilli L'Express, il raconte pendant deux heures le monde du renseignement en distillant des informations glanées au long de ses années de compagnonnage avec les plus grands espions français. Entretien fleuve. 

L'intégralité de l'article est à retrouver ici