Elyamine Settoul

«Il ne faut pas voir la prison qu'à travers le prisme d'incubateur de la radicalisation»

10 septembre 2021

Elyamine Settoul, maître de conférences en criminologie, est interrogé par Le Figaro à propos de l’impact du milieu carcéral sur les processus de radicalisation.

A la suite de l’ouverture du procès des attentats du 13 novembre, l’administration pénitentiaire a publié une note faisant cause des activités de « prosélytisme » de Salah Abdeslam en prison. Elyamine Settoul aborde les stratégies de l’administration pénitentiaire française face aux phénomènes de radicalisation : "Les plus prosélytes sont souvent séparés dans les quartiers de prévention de la radicalisation pour éviter qu'ils ne diffusent des idées radicales dans différentes ailes de prison».

En outre, le taux d’occupation des prisons françaises, qui dépassent les 200% pour certaines, les difficultés structurelles et les nombreuses atteintes à la dignité, conditionnent un terreau favorable pour ce discours radical.

renvoi L'interview est à retrouver en intégralité sur le site du Figaro.